#ffdd00

LES FOURBERIES DE SCAPIN THÉÂTRE / CRÉATION

08.11–17.11.24

D’APRÈS MOLIÈRE

MISE EN SCÈNE :

OMAR PORRAS – TEATRO MALANDRO

En l’absence de leurs pères et mères partis en voyage, Octave, fils d’Argante, et Léandre, ici fils de Mme Géronte, se sont épris l’un de Hyacinte qu’il vient secrètement d’épouser, le second de Zerbinette, une jeune esclave égyptienne. Au retour d’Argante, Octave, inquiet de ce que sera la réaction de son père à l’annonce de son union avec Hyacinte, et à court d’argent, implore le secours de Scapin, valet de Léandre…

Après avoir composé des grandes comédies classiques, des comédies-ballets et même une tragédie-ballet, Molière revient avec cette pièce à la grammaire théâtrale de la farce avec coups de bâtons, quiproquos et duperies et à celle de la Commedia dell’arte avec des figures de jeunes premiers, de vieux barbons et de zannis.

Molière, Omar Porras l’a lu et relu, l’a rêvé et a choisi aussi de le mettre en scène par trois fois: avec El Don Juan, Les Fourberies de Scapin et Amour et Psyché. Dans tous les cas, il s’est agi de concilier les objectifs du théâtre d’art – en développant un style, pictural et irréel, ou décalé et explosif–et les aspirations d’un théâtre populaire – touchant le plus grand nombre par le plaisir d’un théâtre de la fête, la force du plateau qu’il construit et la puissante vitalité du rire qu’il suscite : une gageure !

Ce spectacle a été créé en mai 2009 au Théâtre de Carouge (coproducteur), à Genève, dans sa première version. Recréation en septembre 2023 au TKM Théâtre Kléber-Méleau à Renens.

Il a comptabilisé 188 représentations entre 2009 et 2010, dont 164 dates de tournée dans une quarantaine de théâtres (en Suisse, Colombie, France et Japon), et a été vu par près de 120 000 spectateurs.

MOLIÈRE – Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673), a marqué durablement l’histoire du théâtre en donnant ses lettres de noblesse à la farce et en créant de nouveaux genres : la comédie classique et la comédie-ballet (avec sa variante, la tragédie-ballet), l’ancêtre de la comédie musicale à la française. Lorsque Molière écrit cette comédie en prose en trois actes, en 1671 (Les Fourberies de Scapin) au Théâtre du Palais-Royal, il est l’auteur de plus d’une trentaine de pièces et à la tête d’une troupe qui porte le nom du roi Louis XIV. Sa notoriété est sans pareille. C’était l’année où était attendue Psyché au Palais-Royal, mais la salle des machines où elle devait être créée nécessitait des travaux plus longs que prévus. Les Fourberies de Scapin furent écrites dans l’urgence pour faire face à ce retard : dix-huit représentations en furent données avant que la première de Psyché fût possible.

OMAR PORRAS — Après avoir grandi en Colombie, Omar Porras arrive à Paris à l’âge de 20 ans, en 1984. Il fréquente d’abord la Cartoucherie de Vincennes, découvre, fasciné, le travail d’Ariane Mnouchkine et de Peter Brook, fait un bref passage dans l’École de Jacques Lecoq, travaille avec Ryszard Cieślak, puis rencontre Jerzy Grotowski – ce qui l’incite à s’intéresser aux formes orientales (Topeng, Kathakali, Kabuki). Il fonde le Teatro Malandro à Genève en 1990, affirmant une triple exigence de création, de formation et de recherche.

Son répertoire puise autant dans les classiques avec Faust de Marlowe (1993), Othello (1995) et Roméo et Juliette (2012 en japonais) de Shakespeare, Les Bakkhantes d’Euripide (2000), Ay! QuiXote de Cervantès (2001), El Don Juan de Tirso de Molina (2005 ; 2010 en japonais), Pedro et le Commandeur de Lope de Vega (2006), Les Fourberies de Scapin (2009) et Amour et Psyché de Molière (2017), Le Conte des contes (2020) que dans les textes modernes avec La Visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt (1993 ; 2004 ; 2015), Ubu roi d’Alfred Jarry (1991), Strip-Tease de Slawomir Mrozek (1997), Noces de sang de García Lorca (1997), L’Histoire du soldat de Ramuz (2003 ; 2015 ; 2016), Maître Puntila et son valet Matti de Brecht (2007), Bolivar : fragments d’un rêve de William Ospina (2010), L’Éveil du printemps de Wedekind (2011) et La Dame de la mer d’Ibsen (2013). Il explore l’univers de l’opéra avec L’Elixir d’amour de Donizetti (2006), Le Barbier de Séville de Paisiello (2007), La Flûte enchantée de Mozart (2007), La Périchole d’Offenbach (2008), La Grande-Duchesse de Gérolstein (2012), Coronis (2019) et celui de la danse avec Les Cabots, pièce imaginée et interprétée avec Guilherme Botelho de la Compagnie Alias (2012). Il interprète également La Dernière Bande de Samuel Beckett, mise en scène par Dan Jemmett (2017), et Ma Colombine de Fabrice Melquiot (2019), un seul-en-scène poétique qui raconte sa jeunesse en Colombie et sa rencontre avec le théâtre, mais nous avons pu le retrouver au plateau avec sa troupe avec Carmen l’audition et Pour Vaclav Havel  (2021).

Il a reçu plusieurs distinctions dont, en 2014, le grand prix suisse du théâtre/ Anneau Hans-Reinhart et dirige depuis 2015 le TKM-Théâtre Kléber-Méleau.

ÉQUIPE ARTISTIQUE:

Mise en scène  
Omar Porras

Assistanat à la mise en scène 
Marie Robert

Adaptation et dramaturgie  
Omar Porras et Marco Sabbatini

Collaboration artistique 
Alexandre Ethève

Scénographie et masques 
Fredy Porras

Musique  
Erick Bongcam et Omar Porras (avec la collaboration de Christophe Fossemalle)

Création lumière 
Omar Porras et Mathias Roche

Costumes 
Bruno Fatalot

Assistantes costumes 
Julie Raonison
Leïla Christen

Postiches, perruques et maquillages 
Véronique Soulier-Nguyen

Assistante postiches, perruques et maquillages 
Léa Arraez

Accessoires 
Laurent Boulanger

Construction décor 
Jean-Marc Bassoli
Alexandre Genoud
Olivier Lorétan †
Yvan Schlatter
Noé Stehlé

Peinture décor 
Béatrice Lipp
Lola Sacier

Régie générale 
Gabriel Sklenar

Régie son 
Ben Tixhon

Régie lumière
en cours

Avec

Olivia Dalric / Madame Géronte

Peggy Dias / Seigneur Argante

Karl Eberhard / Léandre – Nérine

Alexandre Ethève / Sylvestre

Caroline Fouilhoux / Hyacinte

Pascal Hunziker / Octave

Laurent Natrella / Scapin

Marie-Evane Schallenberger/ Zerbinette

Production et production déléguée 
TKM Théâtre Kléber-Méleau, Renens

Avec le soutien des Amis du TKM et du Pour-cent culturel Migros.

Remerciement (pour le final)
Julio Arozarena

 

REVUE DE PRESSE 2022

Presse écrite

Alexandre Demidoff, « Laurent Natrella, un amour de Scapin », Le Temps, 24.09.2022

Natacha Rossel, « Scapin fait les 400 coups », Le Matin Dimanche, 25.09.2022

Jérôme Zanetta, « Le théâtre dans la peau », Scènes Magazine, 06.09.2022

Nancy Bruchez, « Les Fourberies de Scapin », Scènes Magazine, 06.09.2022

Corinne Jaquiéry, « Scapin le fourbe décoiffe au TKM », 24 heures, 03.10.2022

Judith Marchal, « Omar Porras sublime Scapin », Le Courrier,

 

REVUE DE PRESSE 2009-2010

Presse écrite

Alexandre Demidoff, « Scapin, ce galopin subversif, c’est moi », Genève, Le Temps, 16 avril 2009

Alexandre Demidof, « Omar Porras une jeunesse de feu à Scapin », Genève, Sortir – Le Temps, 16 avril 2009

Elisabeth Chardon, « Regards à suivre… », Genève, Sortir – Le Temps, 16 avril 2009

Stéphanie Monay, « Les Fourberies de Scapin », 20 Minutes, 17 avril 2009

Lionel Chiuch, « Omar Porras fait sauter le masque de Scapin », Genève, Tribune de Genève, 18 avril 2009

Anne-Sylvie Sprenger, «Un théâtre, c’est aussi une entreprise», 24 Heures, 18 avril 2009

Lionel Chiuch, « Omar Porras tire un feu d’artifice des petites manigances de Scapin », Genève, Tribune de Genève, 23 avril 2009

Marie-Pierre Genecand, «Omar Porras, chenapan avec Molière», Genève, Le Temps, 23 avril 2009
Chantal Savioz « Genève puis le Japon et Bogota… le Teatro Malandro est en route », Genève, Week-end – Tribune

de Genève, 23 avril 2009

Alexandre Demidoff, « Les Fourberies de Scapin », Genève, Sortir – Le Temps, 23 avril 2009

« Les Fourberies de Scapin », Carouge, Le Carougeois, 30 avril 2009

Mireille Descombes, « Les tonitruantes Fourberies de Porras », L’Hebdo, 30 avril 2009

Sophie Eigenmann, « Molière par Malandro », Scènes magazine, Avril 2009

Marie-Pierre Genecand, « Scapin, l’art de la ruse », Profil femme, Avril 2009

Marie-Pierre Genecand, «Scène de vie», Profil femme, Avril 2009

« Sur la terre agenda : Les Fourberies de Scapin », Genève, Genève sur la terre, Avril 2009

« Les Fourberies de Scapin », Regart, Mars-Avril 2009

Marc Menichini, « Les Fourberies de Scapin sans tartuferie » Genève, Le Courrier, La Une, 7 mai 2009

Marc Menichini, « Molière à la mode Malendro », Genève, Le Courrier, 7 mai 2009

Jacques Leleu, « Scapin, des fourberies en folie ! », Chambéry, Le Dauphiné libéré, 28 mai 2009

Marie Picard, « On a vu Tourbillonnant et jubilatoire Scapin », Midi Libre, 20 juin 2009

« Les Fourberies de Scapin », Passion : Culture, Été 2009

Eliane Faucond-Dumont, « Un désopilant Molière » Télégramme, 5 octobre 2009

Marie Picard, « Farce de Molière n’a jamais été si grotesque », Midi Libre, 8 novembre 2009

« La folle ivresse des Fourberies de Scapin », Narbonne, L’Indépendant, 9 novembre 2009

Pierre Laurent, « Fabuleuse Fourberies », Besançon, L’Est Républicain, 10 mars 2010

Frédéric Melcher, « Scapin brûle les planches », Mulhouse, L’Alsace, 7 mai 2010

Gibert Jean, « Un Scapin contemporain », Privas, Le Dauphiné libéré, 09 mai 2010

« Une fin grandiose ! », La Tribune édition Ardèche, 13 mai 2010

Gibert Jean, « Quand le Teatro Malandro avance masqué », Privas, Le Dauphiné libéré, 14 mai 2010

Gibert Jean, « Des rires en cascade pour Les Fourberies de Scapin ! », Privas, Le Dauphiné libéré, 14 mai 2010

« Pétillant Molière », Mulhouse, Dernières nouvelles d’Alsace, 15 mai 2010

Marie-José Ballista, «Omar Porras et le Teatro Malandro font porter le masque à Molière», Bourges, Le Berry Républicain, 12 novembre 2010

Antonio Mafra, « Le coup de maître de Scapin », Lyon, Le Progrès, 12 novembre 2010
Marie-José Ballista, «Les Fourberies d’Omar Porras preilles à nulle autre», Bourges, Le Berry Républicain, 19 novembre 2010

Presse en ligne

Fabien Franco, « Omar Porras «Scapin, c’est moi !» », Kaële magazine.com, Avril 2009

Alexandre Demidoff, « Omar Porras : « Scapin, c’est moi » », LeTemps.ch, 16 avril 2009

Rodrigo Carrizo Couto, « El mago colombiano del teatro suizo », swissinfo.ch, 22 avril 2009

Marie-Pierre Genecand, « Omar Porras, l’esprit de corps », letemps.ch, 23 avril 2009

Manuelle Beurdeley, « Les Fourberies de Scapin », murmures.ch, 24 avril 2009

Ghania Adamo, « L’amour, entre jouissance et fosse d’aisance », swissinfo.ch, 25 avril 2009

Lionel Chiuch, « Omar Porras fait sauter le masque de Scapin », lesquotidiennes.com, 20 avril 2009

« Théâtre : Scapin, un malandrin universel », swisinfo.ch, 20 avril 2009

« Les Fourberies de Scapin », idgo.fr, Avril 2009

« Les Fourberies de Scapin », theatre.ch, Avril 2009

Deolinda Vilhena, « Porras : « Temos que acreditar em sonhos ! » », terramagazine.terra.com,
1er mai 2009

Agnès Santi, « Fourberies de Scapin », La Terrase, 8 novembre 2010

Radio &  TV

Marc Berman, émission dare dare, Espace 2, RTS, 21 avril 2009

Véronique Christe, émission La matinée chez Véro, Radio Cité, 21 avril 2009

Manuela Salvi, Émission Le journal de 12h30, RTS, 20 avril 2009

Anne Marsol, émission Journal de 19h30, RTS, 1er mai 2009

Bulle – Suisse
21– 22.11.24
Salle CO2

Berne – Suisse
26.11.24
Bühnen Bern

Monthey – Suisse
30.11.24
Théâtre du Crochetan

Cholet – France
05 – 06.12.24
Théâtre Saint-Louis

Herblay-sur-Seine – France
10.12.24
Théâtre Roger Barat

Annemasse – France
13 –14.12.24
Château Rouge

Neuchâtel – Suisse
21 – 22.12.24
Théâtre du Passage