08.01—27.01.19

Mardi 8 : 19h
Mercredi 9 : 19h
Jeudi 10 : 19h
Vendredi 11 : 20h
Samedi 12 : 19h
Dimanche 13 : 17h30
Mardi 15 : 19h
Mercredi 16 : 19h
Jeudi 17 : 19h
Vendredi 18 : 20h
Samedi 19 : 19h
Dimanche 20 : 17h30
Mardi 22 : 19h
Mercredi 23 : 19h
Jeudi 24 : 19h
Vendredi 25 : 20h
Samedi 26 : 19h
Dimanche 27 : 17h30

UN INSTANT

D’après Marcel Proust
Mise en scène :
Jean Bellorini

Un instant ? Le titre de ce spectacle est assurément un clin d’œil à la somme que représentent les sept volumes constituant À la recherche du temps perdu, cette quête dans les abysses de la mémoire menée par Marcel Proust ! Ce faisant, il nous dit par avance le ludisme savoureux avec lequel Jean Bellorini et son équipe souhaitent aborder l’œuvre de cet auteur, en nous remettant en état d’enfance, dans un éternel plus-que-présent de l’indicatif…

« Combray », du nom du village où le narrateur Marcel séjournait enfant, constitue la première partie de Du côté de chez Swann, soit le volume liminaire d’À la recherche du temps perdu. Composée à la première personne, cette ouverture nous invite à une plongée dans une écriture prismatique : il s’agit d’une introspection qui prend appui sur des temps de méditation ou sur des réminiscences heureuses, mais témoigne aussi d’une conscience qui s’affirme dans son amour de l’art et s’avoue sa vocation littéraire.

En choisissant de travailler sur ce roman, et plus particulièrement sur «Combray», la matrice de toute la Recherche du temps perdu (ainsi que sur des extraits du Temps retrouvé), Jean Bellorini part en quête de cette révélation intime de l’auteur – un espace mental et émotionnel en écho à cette sensibilité de l’enfance qui fut aussi nôtre.

MARCEL PROUST – Il naît en 1871 à Auteuil dans une famille fortunée dont la mère tenait salon. Dès 1907, il se met à publier des essais dont Contre Sainte-Beuve, puis écrit cette somme qu’est À la recherche du temps perdu, de 1909 à 1922, soit entre trente-cinq et cinquante et un ans – un vaste récit en sept volumes qui nous parle des souvenirs de son narrateur, Marcel : Du côté de chez Swann (1913), À l’ombre des jeunes filles en fleurs (1919), Le Côté de Guermantes I (1920), Le Côté de Guermantes II et Sodome et Gomorrhe (1921), La Prisonnière, Albertine disparue et Le Temps retrouvé (1922, l’année où une bronchite mal soignée surprend Marcel Proust dans son travail et l’emporte).

JEAN BELLORINI – Après avoir reçu une solide formation à l’École Claude Mathieu, Jean Bellorini crée à vingt-deux ans, en 2003, la Compagnie Air de Lune et met en scène la même année La Mouette, puis Yerma (2004), Oncle Vania (2006), L’Opérette (2008), Tempête sous un crâne (2010), Paroles gelées (2012), Liliom et La Bonne Âme du Se-Tchouan (2013), Cupidon est malade (2014), Un fils de notre temps et Moi je voudrais la mer (2015), Le Suicidé, Antigone, Karamazov, La Cenerentola (2016), 1793, on fermera les mansardes, on en fera des jardins suspendus, Orfeo, Erismena et Kroum (2017).
Depuis 2014, parallèlement à son activité de metteur en scène de théâtre et d’opéra, il dirige le Théâtre Gérard Philipe à Saint-Denis.

ÉQUIPE DE CRÉATION

Mise en scène, scénographie,
lumière :

Jean Bellorini

Adaptation :
Jean Bellorini
Camille de La Guillonnière

Costumes et accessoires :
Macha Makeïeff

Création sonore :
Sébastien Trouvé

Avec :

Camille de La Guillonnière
Hélène Patarot
Un musicien

Production :
Théâtre Gérard Philipe, centre dramatique national de Saint-Denis

Coproduction :
Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, TKM Théâtre Kléber-Méleau, Renens, Théâtre de Caen, La Criée –Théâtre national de Marseille

Création :
Le spectacle sera créé en novembre 2018 au Théâtre Gérard Philipe, Saint-Denis.