UN FIL À LA PATTE CRÉATION

04.05—16.05.21

TEXTE:
GEORGES FEYDEAU

MISE EN SCÈNE:
JULIEN GEORGE

MA, ME, SA: 19H
JE, VE: 20H
DI: 17H30

 

Léger Feydeau? Insipide? Venez donc découvrir la dé- flagration des rires qu’il parvient à déclencher en vous par la saveur de ses mots hauts en tonalité, l’intelligence de ses quiproquos, la pétulance de ses personnages, le vertige de leurs entrées et sorties, de leurs courses-pour-suites, de leurs apartés et de leurs invraisemblables ren- contres fortuites !

Le jour même de la signature de son contrat de mariage avec Viviane Duverger, la fille d’une Baronne, Fernand de Bois d’Enghien ne sait toujours pas comment mettre fin à sa liaison avec Lucette Gautier, une chanteuse de caf-conc’ qui lui est fortement attachée.

Au premier acte, la jeune mondaine s’apprête à déjeuner à ses côtés entourée d’un riche et généreux général mexicain, Irrigua, à l’accent et au français aussi approximatif que savoureux, jaloux et sanguin autant qu’amoureux d’elle, de Chenneviette, un an- cien amant (complaisant complice de ses aventures de cœur), du négligé De Fontanet, de sa cadette Marceline, tandis que se succèdent les visites – celle de la Baronne qui l’invite à faire un récital le soir même pour le mariage de sa fille et de Bouzin, auteur d’une chanson frivole qu’il offre à Lucette.

Tous ces personnages truculents se retrouvent par coïncidence quelques heures plus tard dans l’hôtel particulier de la Baronne pour la signature dudit contrat de mariage… Les imbroglios reprennent tambour battant…, jusqu’à la pirouette finale d’un nouveau coup de théâtre qui signe un happy end non moins déconcertant…

GEORGES FEYDEAU — Né en1862, Georges Feydeau s’impose, après Eugène Scribe et Eugène Labiche, en vaudevilliste remarquable, et ce avant même sa vingtième année avec Par la fenêtre (1882). Suivent une série de grands succès où il dépeint joyeusement la bourgeoisie aisée de la IIIe République : Tailleur pour dames (1886), Monsieur chasse (1892), Un Fil à la patte (1894), L’Hôtel du libre-échange (1894), Le Dindon (1896), La Dame de chez Maxim (1899), La Puce à l’oreille (1907), Occupe-toi d’Amélie (1908), ainsi qu’une série de savoureuses farces conjugales en un acte – Feu La Mère de Madame (1908), On purge bébé (1910), Mais n’te promène donc pas toute nue (1912) ou Hortense a dit « J’m’en fous » (1916).

JULIEN GEORGE — Diplômé de l’École Supérieure d’Art Dramatique de Genève en 2000, Julien George joue sous la direction de nombreux metteurs en scène locaux et étrangers. Il tourne également plusieurs longs et courts métrages au cinéma, ainsi que des séries pour la télévision.
Il est l’un des fondateurs en 2000 de La Cie Clair-Obscur et met en scène Le Miracle (2003), Sous les yeux des femmes garde-côtes (2006) et PALAVIE (2015), sélectionné à la 3ème Rencontre du Théâtre Suisse. En 2008, il crée L’AUTRECIE et met en scène, entre autres, Quai Ouest (2009), La Puce à l’oreille (2012, 2014, 2015), Léonie est en avance (2014), Le Moche (2016) et Mais qui sont ces gens (2018).

ÉQUIPE DE CRÉATION

Texte :
Georges Feydeau

Mise en scène :
Julien George

Assistanat à la mise en scène :
Hélène Hudovernik

Scénographie :
Khaled Khouri

Lumière :
Jean-Marc Serre

Musique et son :
Simon Aeschimann

Costumes :
Irène Schlatter

Maquillages et coiffures :
Katrine Zingg

Régie Générale et lumière :
Jean-Marc Serre

Régie son :
Benjamin Tixhon

Régie plateau :
Jean-Julien Bonzon

Avec :
Laurent Deshusses : Bois-D’Enghien Carine Barbey : Lucette
Pascale Vachoux : La Baronne
Léonie Keller : Viviane
David Casada : Bouzin
Diego Todeschini : Le Général
Frédéric Landenberg : Chenneviette
Thierry Jorand : Fontanet
Mariama Sylla : Marceline, Jean
Julien Tsongas : Firmin, Miss Betting

Production :
L’AUTRECIE

Coproduction :
Théâtre du Loup, à Genève
TKM Théâtre Kléber-Méleau, à Renens
Théâtre du Crochetan, à Monthey
Équilibre-Nuithonie, à Fribourg