PAROLE D’ACTEUR

10.11.19

De et par :
Maurice Durozier

Dimanche : 11h

Vous connaissez déjà Maurice Durozier ! Vous l’avez vu la saison passée lors de la venue d’Une Chambre en Inde à Lausanne, rien de moins que sous les traits de Shakespeare et de Lookatmepur, en grand défenseur de la poésie et révélant le secret du créateur de génie: «There is no secret. Except work, work, work, and work again. And sweat, sweat, and sweat again. That is the secret » ! Vous vous en souvenez ?

Aujourd’hui, Maurice Durozier vient au TKM pour prolonger ce temps de confidence et de réflexion sur son métier d’acteur, avec la complicité de sa fille, Maïa, qui lui pose des questions devant nous : « qu’est-ce que jouer ? », « quand l’acteur en lui est-il né?», «quel est ce monde à part dans lequel il aime à s’enfermer?», «est-il difficile de sortir d’un rôle ? », « certaines émotions sont-elles plus faciles à exprimer que d’autres ? »…

D’une réponse l’autre, c’est à la fois à une magistrale leçon de théâtre et de vie à laquelle nous assistons. Car ce qui nous est donné à entendre, dans une jubilation partagée, ce sont les enseignements d’un maître du plateau ayant une expérience théâtrale de quarante-cinq ans. Issu d’une famille de comédiens ambulants sur quatre générations, Maurice Durozier a dirigé sa compagnie de 1991 à 2003, Les Voyageurs de la nuit, dans une parenthèse nichée au cœur de près de trente années dans la troupe mythique d’Ariane Mnouchkine : le Théâtre du Soleil !

MAURICE DUROZIER — Né à Perpignan le 27 décembre 1953, à une date très proche de la nativité, il dit volontiers que, de ce fait, « on lui fêtait Noël et son anniversaire passait toujours à l’as » : cela le faisait « toujours se sentir en rivalité avec Jésus, ce qui est un sacré stimulant dans la vie ». Au-delà de la boutade de méridional, il y a là une certaine vérité. Sa vie s’est construite dans un défi d’excellence en s’orientant vers un théâtre épique, exigeant, engagé, vers des aventures artistiques et des rencontres extraordinaires qui ont façonné son existence, nourries son imaginaire et ses réflexions sur l’art de l’acteur comme sur celui de vivre. Avec Parole d’acteur, certains aphorismes sont disséminés comme des formules magiques ou des talismans : « Ce que tu es, c’est ce que tu fais ! », « si vous voulez transmettre quoi que ce soit, commencez par ne pas vous trahir », « le théâtre est organique », « la liberté, ça n’attend pas », « transformer le négatif en positif »…

En entrant au Théâtre du Soleil, d’abord pour une représentation de l’Âge d’or en 1975, puis comme acteur en 1981, Maurice Durozier traverse l’expérience de Richard II (1981), de La Nuit des Rois (1982), d’Henri IV (1984), mais aussi de L’Histoire terrible, mais inachevée de Norodom Sihanouk, roi du Cambodge (1985), de L’Indiade (1987), des Atrides (1990-1992), du Dernier Caravansérail (2003), des Éphémères (2006), des Naufragés du Fol Espoir (Aurores) (2010), de Macbeth (2014), d’Une Chambre en Inde (2016), de Kanata (2018), et ce faisant est « entré dans [s]on rêve » : il nous invite à le suivre !

De et par :
Maurice Durozier
Accompagné de Juliette Vernerey