27.09—16.10.16

Mardi 27 : 19h
Mercredi 28 : 19h
Jeudi 29 : 19h
Vendredi 30 : 20h
Samedi 1er : 19h
Dimanche 2 : 17h30
Lundi 3 : relâche
Mardi 4 : 19h
Mercredi 5 : 19h
Jeudi 6 : 19h
Vendredi 7 : 20h
Samedi 8 : 19h
Dimanche 9 : 17h30
Lundi 10 : relâche
Mardi 11 : 19h
Mercredi 12 : 19h
Jeudi 13 : 19h
Vendredi 14 : 20h
Samedi 15 : 19h
Dimanche 16 : 17h30

L’Histoire du soldat

Texte : Charles Ferdinand Ramuz
Musique : Igor Stravinsky
Mise en scène : Omar Porras
Direction musicale : Benoît Willmann / Droujelub Yanakiew et Les solistes de l’Ensemble Contrechamps
Par le Teatro Malandro

En route vers son village, entre Denges et Denezy, Joseph, un jeune soldat en permission, joue de son violon. Surgit alors un vieil homme qui lui offre d’échanger son instrument contre un livre magique, «un livre qui se lit tout seul», «on a qu’à l’ouvrir, on sait tout», «d’où l’on tire des titres, des billets, de l’or.» Joseph cède à la tentation et vend son âme au Diable.

La vie du jeune soldat bascule: le vieil homme a demandé de le suivre et de lui apprendre à jouer de son violon, mais le temps passé ensemble qui ne devait être que de trois jours, fut de trois ans. «Le soldat est oublié de tous au village», même de sa mère – qui «se sauve en criant» – et de sa fiancée – qui s’est mariée et a déjà deux enfants.

«Brigand, bougre de brigand»…
Cette fable universelle, créée en 1918 par Charles Ferdinand Ramuz et Igor Stravinsky, se présente sous la forme d’un théâtre musical sur fond d’onirisme: un spectacle tout public où il s’agit de ne pas perdre son âme !
Créée en 2003 au Théâtre Am Stram Gram à Genève, L’Histoire du soldat est une pièce phare du Teatro Malandro, qui a fait l’objet d’une nouvelle version en janvier 2015, sur l’invitation de Fabrice Melquiot, l’actuel directeur du Théâtre Am Stram Gram, dédié à l’enfance et à la jeunesse.
En ouvrant sa saison sur cette ode poétique, le TKM vous invite tous à entrer dans le rêve.

 

CHARLES FERDINAND RAMUZ – Né à Lausanne en 1878, Charles Ferdinand Ramuz, après ses études gagne Paris, en 1902 où il commence, à la Sorbonne, une thèse de doctorat sur Maurice de Guérin qu’il abandonne pour se consacrer à l’écriture. Il revient s’installer définitivement dans le canton de Vaud en 1914. Là, il se donne pour vocation comme écrivain d’évoquer le terroir local et la parlure savoureuse de ses habitants.

IGOR STRAVINSKY – Né en 1882, de parents musiciens à l’Opéra de Saint-Petersbourg, Igor Stravinsky montre très vite un intérêt pour la musique et l’improvisation. Sa rencontre avec Rimsky-Korsakov détermine son destin de jeune compositeur. Diaghilev lui commande la musique de L’Oiseau de Feu qui le conduit à Paris où il compose Le Sacre du Printemps qui fait scandale. Il y rencontre notamment Picasso. A la veille de la guerre de 14-18, les frontières se ferment et le contraignent à venir s’installer en Suisse, pour quelques années. Il se liera d’amitié avec Ramuz avant de partir pour les Etats-Unis où il terminera sa vie.

OMAR PORRAS – Comédien, metteur en scène et pédagogue, Omar Porras fonde en 1990 le Teatro Malandro à Genève. Sa technique théâtrale, nourrie de traditions occidentales et orientales, donne aux grands textes du répertoire la force d’un art total qui allie notamment musique et geste chorégraphique. Depuis vingt-six ans, le Teatro Malandro rayonne avec ses créations dans le monde entier. Omar Porras a reçu le Grand Prix suisse du théâtre/Anneau Reinhart en 2014 et dirige depuis juillet 2015 le TKM Théâtre Kléber-Méleau.

La capsule poétique d’Odile Cornuz

–  À quoi reconnaît-on un classique, une pièce de répertoire?
–  À la mort de l’auteur ? Cinquante ans après sa mort, pour voir si ça traverse les générations ?
–  Si je te dis : «a marché, a beaucoup marché»…
–  Tu as oublié le pronom. «Il a marché» – ou «elle a marché».
–  Mais non!
–  A beaucoup marché ? Doit être fatigué…
–  Tu as trouvé ?
–  Une montagne?
–  Presque – un monument ! National !
–  Le Cervin?
–  Mais non ! Ramuz… Allez, viens rire et trembler, marcher et rêver…
–  Beaucoup marcher?

BORDS DE PLATEAU
jeudi 6 et samedi 15 octobre
A l’issue de ces deux représentations, un bord de plateau est organisé afin que le public échange avec les comédiens du Teatro Malandro et les musiciens de l’Ensemble Contrechamps.

LA PRESSE

> Le Temps, 20 janvier 2015
« Omar Porras éblouit en grand artificier au service de « L’Histoire du soldat » »
Alexandre Demidoff

Tribune de Genève, 23 janvier 2015
« Avec des décors et des masques reconstruits depuis 2003, on y décèle parmi mille couleurs, artifices, images et postures les influences hybrides de la Commedia dell’Arte, du théâtre d’ombres, du théâtre balinais, de l’art du clown, de la pantomime, du cinéma (quelque part entre Fellini et Tim Burton) ou même du Grand-Guignol! »
Elizabeth Carecchio

> Théâtre du Blog, 22 novembre 2015
« La scène est un émerveillement plein de délicatesse »
Véronique Hotte

> La Terrasse, 20 novembre 2015
« La scénographie inventive d’Omar et Fredy Porras redonne toute sa place au merveilleux…»
Jean-Guillaume Lebrun

> Webthéâtre.fr, 20 novembre 2015
« Une fable musicale diablement enlevée »
Corinne Denailles

> La Terrasse, 21 novembre 2015
« Une reprise merveilleusement jubilatoire de L’Histoire du soldat. Un très beau spectacle pour petits et grands. »
Catherine Robert

STAGE
Dans le cadre du parcours Voie Théâtrales, samedi 15 octobre au TKM Théâtre Kléber-Méleau
En savoir plus

ÉQUIPE DE CRÉATION
Mise en scène :
Omar Porras
Assistant à la mise en scène :
Jacint Margarit
Scénographie :
Fredy Porras et Omar Porras
Direction technique :
Gabriel Sklenar
Masques :
Fredy Porras
Univers sonore :
Emmanuel Nappey
Création lumière :
Mathias Roche
Régie plateau :
Xavier Thien
Costumes :
Irène Schlatter
d’après la création de Maria Galvez Accessoires, effets spéciaux: Laurent Boulanger
Peinture du décor :
Béatrice Lipp

 

 

Avec :
Alexandre Ethève,
Philippe Gouin, Maëlla Jan, Joan Mompart, Omar Porras

Coproduction :
Théâtre Am Stram Gram, Genève, Teatro Malandro,
Ensemble Contrechamps
et Théâtre de Beausobre

Création :
Avec le soutien de la Loterie Romande, de la Fondation Leenaards et le parrainage
de la Fondation Igor Stravinsky, Ville de Genève, la République et canton de Genève et
Pro Helvetia

Le Théâtre Am Stram Gram est subventionné par la Ville de Genève et par la République et canton de Genève