LES CLOCHARDS CÉLESTES ACCUEIL

19.05–25.05.22

CABARET REBETIKO

MISE EN SCÈNE: BENJAMIN KNOBIL

Laissons-nous embarquer par le rebétiko, cette musique des bandits et des anarchistes, des mafieux et des révolutionnaires, des marginaux fumeurs de haschich et des malandrins au grand cœur ! Prenons le bou- zouki, le baglama et la guitare, le violon, le santouri, le kanonaki, l’outi et l’accordéon, le toumbeleki et les zilia, ou frappons notre verre d’un komboloï ou d’une cuillière métallique !

Le rebétiko, qui associe musique et danse, est né dans les bas-fonds des années 1910 à Athènes, en Pirée, de la rencontre de deux populations, des paysans pauvres venus chercher une vie meilleure à la ville et des grecs chassés de Turquie à la fin de la guerre greco-turque en 1922. Revenant au pays après un exil de plusieurs générations, ces derniers apportent avec eux des instruments jusqu’alors inconnus en Grèce.

Le rebétiko (dont l’étymon rebetis désigne un « gars qui n’obéit qu’à son propre code de l’honneur », « dur », mais « droit ») se propage dans les années 1920, puis, en 1936, tombe sous le coup de la censure avec l’arrivée au pouvoir du dictateur Ioánnis Metaxás, son répertoire magnifiant drogue, alcool et débauche.

Dans les années 1950, cette forme musicale populaire et subversive est patrimonialisée et devient un lieu de mémoire pour la Grèce jusqu’à être inscrite en 2017 sur la liste du Patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, enseigné dans les écoles de musique, les conservatoires et les universités, un paradoxe !

BENJAMIN KNOBIL — Né en 1967, français par sa mère et américain par son père, Benjamin Knobil passe sa jeunesse entre Londres, Bruxelles et Paris, où il suit, parallèlement à des études d’histoire à la Sorbonne, une formation à Théâtre en Actes de 1986 à 1989 sous la direction de Lucien Marchal, avant de suivre des stages dirigés notamment par Peter Stein, Luca Ronconi, Yannis Kokkos et Joël Pommerat.

Écrivain, acteur et metteur en scène, il crée en 1993 la Compagnie Nonante- trois et réalise plus d’une trentaine de spectacles en Suisse et en France dont Boulettes (prix SSA 2008), L’Enfant et les sortilèges de Ravel et Colette (2010), Le Chant du Crabe (2011) Crime et Châtiment de Dostoïevski (2013), L’Amour masqué de Messager (2014), Love on the (mega)byte (2015), Bouffons de l’Opéra (2016), La Putain de l’Ohio de Hanock Levin (2017), Les Trois Baisers du diable d’Offenbach (2018), Jeanne et Hiro de Richard Dubugnon (2019), ou Antigone d’après Sophocle (2021).

ÉQUIPE DE CRÉATION
Texte, mise en scène et conception du spectacle :
Benjamin Knobil
Texte et co-conception :
Francesco Biamonte
Musique – arrangements :
Jean-Samuel Racine
Ignacio Lamas
Lee Maddeford
Sonorisation :
Bernard Amaudruz
Lumières :
Estelle Becker
Décor et costumes :
Jean-Luc Taillefert
Assistante costumes :
Letizia Compitiello
Chorégraphe :
Patricia de Anna
Chant :
Maria de la Paz
Edmée Fleury
Francesco Biamonte
Dominique Tille, en alternance avec Benjamin Knobil
Avec :
Quentin Leutenegger
Christophe Baltus
Groupe Boulouris 5 :
Jean-Samuel Racine (clarinette)
Ignacio Lamas (guitare)
Louise Knobil (contrebasse)
Eléonore Salamin-Giroud (violon)
Production :
Compagnie Nonante-trois
Théâtre du Jorat
Casino Théâtre de Rolle
Soutiens :
Canton de Vaud, Loterie Romande, Fondation Jan Michalski, Migros, Région de Nyon , SIS , Ville de Lausanne.

Le spectacle a été crée le 11 septembre 2020 à l’Octogone, à Pully.