La Visite de la vieille dame

22.09—11.10.15

de Friedrich Dürrenmatt
par le Teatro Malandro
mise en scène d’Omar Porras

Adhérents Vidy

Pour bénéficier du tarif spécial (nombre de places limitées), veuillez contacter la billetterie par téléphone le mercredi et vendredi de 13h à 17h, ainsi que les jours de représentation dès 16h et jusqu’au début du spectacle
021 625 84 29

horaires
SEPTEMBRE
MA 22 – 19H00
ME 23 – 19H00
JE 24 – 19H00
VE 25 – 20H00
SA 26 – 19H00
DI  27 – 17H30
LU 28 – relâche
MA 29 – 19H00
ME 30 – 19H00
OCTOBRE
JE 01 – 19H00
VE 02 – 20H00
SA 03 – 19H00
DI 04 – 17H30
LU 05 – relâche
MA 06 – 19H00
ME 07 – 19H00
JE  08 – 19H00
VE 09 – 20H00
SA 10 – 19H00
DI  11 – 17H30

Dans la petite ville de Güllen jadis prospère, tout n’est que misère et dénuement. Aucun train ne s’arrête plus dans sa gare délabrée et c’est d’allocations que vivent ses habitants. Aujourd’hui pourtant, ils sont en émoi : la milliardaire Claire Zahanassian doit arriver d’un instant à l’autre et ils comptent bien lui soutirer quelques millions pour relancer les affaires. Elle a quitté la bourgade autrefois sous leurs quolibets, le ventre rebondi et délaissée par Alfred Ill. Rafistolée à coups de prothèses, un septième mari au bras et deux autres en attente, un cercueil et une panthère noire à sa suite, elle revient riche et triomphante, prête à sortir Güllen de la misère, mais à une condition : la tête de l’homme qui l’a abandonnée.

Avec cette tragi-comédie féroce et jubilatoire, Friedrich Dürrenmatt démasque la versatilité des valeurs et des discours politiques, décapite les conventions et poursuit une réflexion radicale sur la justice. Les mécanismes qui conduisent une collectivité à perdre toute notion de bien et de mal au nom du sacro-saint argent sont passés au tamis d’une verve à la lame tranchante. Représentée pour la première fois en 1956, la pièce vaudra à l’auteur un rayonnement mondial.

avec

  • Yves Adam
  • Olivia Dalric
  • Peggy Dias
  • Fanny Duret
  • Karl Eberhard
  • Philippe Gouin
  • Adrien Gygax
  • Jeanne Pasquier
  • Omar Porras

traduction

Jean-Pierre Porret

assistante à la mise en scène

Fabiana Medina

scénographie

  • Fredy Porras
  • Omar Porras

masques

Fredy Porras

assistante à la fabrication des masques

  • Tamaïti Torlasco

musique orginale

  • Andrès Garcia
  • Omar Porras
  • Sarten

lumières

Mathias Roche

univers sonore

Emmanuel Nappey

costumes d’après
la création de Maria Galvez

  • Irene Schlatter
  • assistée par Amandine Rutschmann

accessoires, effets spéciaux

Laurent Boulanger

peinture décor, assistante accessoires

Sylvia Faleni

directeur technique

Gabriel Sklenar

production

Teatro Malandro

coproduction

  • Théâtre de Carouge–Atelier de Genève
  • CNCDC Châteauvallon
  • Maison de la Culture d’Amiens
  • Bonlieu – Scène nationale, Annecy

avec le soutien de

  • Ville de Genève
  • République et canton de Genève Pro Helvetia
  • Fondation Leenaards
  • Loterie Romande
  • Fondation Ernst Göhner

en collaboration avec

Centre Dürrenmatt

durée

1h45

âge

dès 10 ans

L’Arche est agent théâtral du texte représenté

Créé au Théâtre de Carouge – Atelier de Genève le 17 avril 2015