02.05—12.05.19

Jeudi 2 : 19h
Vendredi 3 : 20h
Samedi 4 : 19h
Dimanche 5 : 17h30
Mardi 7 : 19h
Mercredi 8 : 19h
Jeudi 9 : 19h
Vendredi 10 : 20h
Samedi 11 : 19h
Dimanche 12 : 17h30

EL CID

D’après Corneille
Mise en scène :
Philippe Car

Le Cid de Pierre Corneille est un grand classique du XVIIe siècle, de cap et d’épée, « plus passionnant qu’un Western » disait-on du temps de Jean Vilar.
Devenant El Cid avec L’Agence de Voyages Imaginaires, ce spectacle n’a pas fini de nous surprendre, en prenant (dès son titre) une vive couleur espagnole, en un retour au contexte de la fable et même en se métissant, comme l’est l’histoire de Séville.

De quoi est-il question ? De Chimère et Rodrigue. Ils s’aiment d’un amour réciproque, mais le jeune homme se retrouve dans la nécessité de venger l’honneur de son père, Don Diego, offensé par Don Gomez, le père de la jeune Chimène.
Il tue Don Gomez dans un duel, ce qui contraint Chimère à voir désormais en lui l’assassin de son père et leur amour impossible. Mais Rodrigue doit partir défendre le pays contre l’ennemi qui menace d’envahir.
Comment cela va-t-il finir ? Rassurez-vous, c’est une tragi-comédie: le dénouement sera donc heureux, mais non sans de surprenants rebondissements…
Et ce d’autant plus que l’Agence de Voyages Imaginaires de Philippe Car fait du classique une « pièce de music hall espagnole » où se mêlent tragique, comique et merveilleux, savamment orchestrée par Alonzo, le narrateur-chauffeur de taxi-autotamponneuse qui ne cesse d’interroger avec innocence l’histoire de Pierre Corneille…

CORNEILLE – Issu d’une famille de magistrats, Pierre Corneille est d’abord avocat. Il commence son aventure d’auteur dramatique avec une série de comédies dont Mélite (1629), La Veuve (1632), Clitandre (1633), La Galerie du Palais, La Suivante et La Place Royale (1634), L’Illusion comique (1636), puis avec des tragédies – Cédée (1635), Le Cid (écrit en 1636, joué en 1637), Horace (1640), Cinna (1642), La Mort de Pompée (1642), Rodogune (1644), Suréna (1674) – et avec des pièces à machines comme Andromède (1650), La Toison d’or (1661) et Psyché (1671).

PHILIPPE CAR – Après une formation au T.E.M.P., une école de théâtre gestuel, Philippe Car co-fonde en 1974 avec Patrick Ponce une compagnie portant leurs deux noms, puis en 1979 celle-ci devient le Cartoun Sardines Théâtre (où il fut metteur en scène et comédien pendant près de vingt-trois ans). Parmi les créations de Philippe Car de cette période, citons Le Malade Imaginé (1992), La Puce à l’oreille (1997), L’histoire d’amour de Roméo et Juliette (2001), Tragedy ou la Nécessité des clowns dans l’humanité (2005).

Puis, en 2007, Philippe Car commence une nouvelle aventure avec la création de l’Agence de Voyages Imaginaires en complicité avec Valérie Bournet et d’autres compagnons de route. Il met alors en scène Tout est perdu sauf le bonheur (2007), Le Bourgeois Gentilhomme (2009), Sur le sentier d’Antigone (2010), El Cid! (2013), Le Conte d’hiver (2015) et Looking for Shakespeare (2017), et poursuit son militantisme pour un théâtre « humanitaire », nomade, interculturel et transdisciplinaire…

 

ÉQUIPE DE CRÉATION

Mise en scène :
Philippe Car

Adaptation et écriture :
Philippe Car et Yves Fravega d’après Pierre Corneille

Assistanat à la mise en scène :
Laurence Bournet

Scénographie et création lumière :
Julo Etievant

Composition musicale :
Vincent Trouble

Costumes et accessoires :
Christian Burle

Décors et accessoires :
Jean-Luc Tourné

Régie générale et lumière :
Jean-Yves Pillone

Régie son :
Christophe Cartier

 

Avec :

Lucie Botiveau
Philippe Car
Nicolas Delorme
Anaïs Delmas
Vincent Trouble

Production :
Agence de Voyages Imaginaires,
Cie Philippe Car

Coproduction :
Marseille-Provence 2013-Capitale Européenne de la Culture, Théâtre du Gymnase-Marseille, Théâtre des Sablons-Ville de Neuilly, Espace Diamant-Ville d’Ajaccio, Cratère-Scène nationale d’Alès

La création est soutenue par la SPEDIDAM, l’Institut Français-Paris, la Région PACA, l’Institut Français d’Espagne et l’Institut Français du Maroc.

L’Agence de Voyages Imaginaires est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication/ DRAC PACA et la Ville de Marseille, subventionnée par la Région PACA et le Département des Bouches- du-Rhône.