CYRANO DE BERGERAC / ANNULÉ

10.12—14.12.20

TEXTE: EDMOND ROSTAND

MISE EN SCÈNE: JEAN LIERMIER

 

LU,SA: 19H
JE, VE: 20H
DI: 17H30

 

«C’est un roc!… C’est un pic… C’est un cap! Que dis-je, c’est un cap ?… C’est une péninsule ! »

Cyrano de Bergerac, sa tirade du nez, la scène du balcon, le siège d’Arras, sa dernière gazette chez les religieuses… Nous aimons tout de sa verve poétique, la puissance de ses mots d’amour, son sens de la formule incisive ou chatoyante. Et vous ?

Tout nous séduit chez ce personnage qui a rejoint nos images d’Épinal avec sa cape, son chapeau au large bord et ce nez protubérant qui l’enlaidit et le contraint à être l’ombre, l’esprit et la voix d’un autre, d’un Christian de Neuvillette séduisant, mais sot, pour dire à loisir son amour passionné et fidèle, absolu, pour sa cousine, Magdeleine Robin dite Roxane, belle et précieuse…

À travers cette fiction de 1897, nous retrouvons tout un pan du XVIIe siècle, l’Hôtel de Bourgogne et Montfleury, les codes de l’honneur, comme (sous des traits réinventés) le personnage historique de Savinien de Cyrano de Bergerac – qui vécut entre1619 et1655 et fut l’auteur d’essais comme L’Autre Monde ou Les États et Empires de la lune (1650) et de pièces comme Le Pédant joué (1645) ou La Mort d’Agrippine (1654).

Pour une nouvelle interprétation de ce texte truculent qu’est Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand, Jean Liermier a confié à Gilles Privat, cet acteur franco-suisse de talent, la gageure – qu’il honore avec brio – de tenir le rôle-titre et ses quelques mille six cents vers…

 

EDMOND ROSTAND — Né en 1868, Edmond Rostand publie à vingt-deux ans Les Musardises et Ode à la musique, mais se révèle très vite dramaturge avec notamment un premier vaudeville, Le Gant rouge (1888), bientôt suivi des Romanesques (1894) et de La Samaritaine (1897), juste avant le succès fracas- sant de Cyrano de Bergerac au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, alors qu’il n’a que vingt-neuf ans. Élu à l’Académie française en 1903, Edmond Rostand s’investit grandement pendant la Première Guerre mon- diale, en levant des fonds pour les soldats et en étant infirmier-auxiliaire. Il meurt de la grippe espagnole en décembre 1918, alors que L’Aiglon (créé en 1900) est à nouveau l’affiche, en pleine fête de l’Armistice.

JEAN LIERMIER — Formé à l’École Supérieure d’Art Dramatique de Genève, Jean Liermier – sans s’inter- dire des incursions dans le répertoire contemporain – cherche constamment à « revisiter les classiques » et à « les rendre accessibles à tous ». Il s’est ainsi d’abord lancé dans la mise en scène de textes du XVIIIe siècle avec Marivaux pour La Double Inconstance (1999) et Beaumarchais pour Figaro ! (2012), mais aussi du Grand Siècle avec Molière dont il crée Le Médecin malgré lui (2007), L’École des femmes (2010), Le Malade imaginaire (2013) et du XIXe siècle avec Musset, Kleist ou encore Rostand pour Cyrano de Bergerac (2017).

Il dirige depuis 2008 le Théâtre de Carouge.

ÉQUIPE DE CRÉATION

Texte:
Edmond Rostand

Mise en scène :
Jean Liermier

Assistante à la mise en scène :
Nalini Menamkat

Scénographie :
Rudy Sabounghi

Costumes :
Coralie Sanvoisin

Lumières :
Jean-Philippe Roy

Univers sonore :
Jean Faravel

Maquillages et coiffures :
Leticia Rochaix-Ortis

Maître d’armes :
Pavel Jancik

Vidéo :
Giuseppe Greco

Avec :
Pierre Banderet :
De Guiche
Aude Bourrier :
l’ouvreuse, le Mousquetaire, le Quatrième Cadet, Sœur Claire
Candice Chauvin :
Brissaille, Lise, le Cinquième Cadet, Mère Marguerite
Boris Degex :
Cuigy, Vicomte De Valvert, le Deuxième Poète, le Deuxième Cadet
Julien George :
Le Bret
Sabrina Martin :
le Pickpocket, la Duègne, l’enfant, la Sentinelle, Sœur Marthe
Baptiste Morisod :
Lignière, le Régisseur, l’apprenti, le Premier Cadet
Ludovic Payet :
Montfleury, le Troisième Poète, Carbon, le Capucin
Yann Philipona :
Christian
Gilles Privat :
Cyrano
Lola Riccaboni :
Roxane
André Schmidt :
Ragueneau
Raphaël Vachoux :
le Petit Marquis, le Premier Poète, le Troisième Cadet

Coproduction :
Théâtre de Carouge, à Genève
TKM Théâtre Kléber-Méleau, à Renens

La représentation du 13 décembre est surtitrée en français et en anglais, en collaboration avec l’Association Écoute Voir. Si vous souhaitez être bien placé pour lire les surtitres, inscrivez-vous auprès de ST@ecoute-voir.org