22.05.19

Mercredi 22 : 20h

BLOCH – CLARKE – VON ZEMLINSKY

Connaissez-vous Rebecca Clarke ?

Aujourd’hui injustement oubliée, cette Anglaise née en 1886, élève de Charles Villiers Stanford et de Lionel Tertis au Royal College of Music, est l’une des premières altistes virtuoses ainsi qu’une créatrice de grand talent victime des a priori sociaux de son époque. Elle partage l’affiche avec l’Autrichien Alexander von Zemlinsky et le Genevois Ernest Bloch, qui lui barre la route (bien malgré lui !) en 1919 lors d’un concours outre-Atlantique…

Il faut beaucoup l’abnégation lorsque l’on est une femme et que l’on écrit de la musique (même de chambre) au début du XXe siècle! Rebecca Clarke en fait la douloureuse expérience tout au long de sa carrière. Ainsi en 1919 aux États-Unis lorsqu’elle prend part à un concours parrainé par la mécène Elizabeth Sprague Coolidge : sa Sonate pour alto termine première ex æquo avec celle d’Ernest Bloch (sur septante-deux œuvres présentées), mais c’est Bloch et lui seul qui est proclamé vainqueur. Chez les journalistes, on va jusqu’à spéculer sur le nom de « Rebecca Clarke », qui serait en fait un pseudonyme utilisé par Bloch… car on ne peut imaginer qu’une femme puisse écire pareille musique! Ce n’est dès lors que justice que cette Sonate se voie offrir aujourd’hui la lumière, au côté – joli symbole! – de la Première sonate pour violon… d’Ernest Bloch, jouée à New York en 1921 par Paul Kochanski (le violoniste qui a donné son nom au Stradivarius joué actuellement par Pierre Amoyal) et Arthur Rubinstein.

BLOCH
Sonate no1 pour violon et piano
Nurit Stark
Violon
Cédric Pescia
Piano

CLARKE
Sonate pour alto et piano
Melia Watras
Alto
Cédric Pescia
Piano

 

VON ZEMLINSKY
Quatuor à cordes no 2 opus 15
Quatuor Hermès

Coproduction :
TKM Théâtre Kléber-Méleau
Ensemble enScène