Les cartes postales du TKM

Je m’appelle Quincha, et comme le reste de l’humanité en 2020, je rencontrais la solitude. Cette année-là, une pandémie soudaine verrouillait nos portes et nous enfermait à l’intérieur. Durant de longs mois, notre espace était délimité par des frontières nouvelles, tracées entre le salon et la cuisine. La société s’endormit, recouvrant d’un voile tout ce qui faisait vibrer la vie. Les saisons défilaient, jouant avec nos libertés et notre patience, quand je reçu une enveloppe bien particulière. Dans une belle lettre manuscrite, des mots à l’encre d’or m’invitaient au voyage et à la découverte. Enroulé d’un ruban de soie, je déballai un sauf-conduit pour le théâtre, délivré par une mystérieuse administration qui m’est toujours inconnue à l’heure où j’écris ces lignes.

Saisissant cette chance de retrouver le monde, j’empaquetai mon petit baluchon et je partis sur les routes du théâtre. Sur ma carte aux chemins sinueux et aux contours encore indéfinis, j’avais cerclé un nom au milieu des forêts : le TKM. Arrivé sur place, je réalisai que si la façade était éteinte, derrière la porte close, la vie frémissait. Dans ce théâtre, je partageai la lumière de la scène avec des anges, rencontrai des magiciens dans l’obscurité des coulisses et réveillai des dragons qui dormaient dans le pli d’un rideau. Un capitaine de bateau m’ouvrait des fenêtres sur des univers inconnus, peuplés de légendes et de créatures mythologiques. Une vieille malle couverte de poussière me murmurait l’histoire d’une troupe, son combat et son héritage. Je vivais la concentration d’une loge avant le spectacle, le brouhaha d’un atelier qui bâtissait des mondes nouveaux, les parfums d’une cuisine en pleine préparation pour accueillir ses invités, l’excitation d’une annonce pour dire à la cité que le théâtre continue de briller.

Je pourrais vous dire que je suis comédien, musicien, metteur en scène, pédagogue et administrateur, ou bien encore technicien, costumier, placeur et cuisinier. Mais je crois que je suis explorateur, émerveillé par une expérience au cœur d’un théâtre qui regroupe tous ces artisans et bien plus encore. Et aujourd’hui, j’ai envie de vous envoyer quelques cartes postales de mon voyage…

 

Prochaine carte postale : “Les timoniers de l’ombre”

 

CATÉGORIES